Le Système Electoral Israélien Pour Les Nuls (article relayé, ISRAPRESSE.net)


kalfiJ-6 avant le scrutin électoral israélien. Vingt-cinq listes sont sur la ligne de départ avec à la clé, une nouvelle Knesset et 120 élus.  Détails du système électoral israélien en 5 items :

« Les votants » : Selon le Bureau central des statistiques, 5,3 millions d’Israéliens peuvent voter, soit 4,5% de plus qu’en 2013. 16% de ces électeurs ont moins de 25 ans, 30% de ceux qui vont glisser leur bulletin dans l’urne ont entre 25 et 40 ans. Les  540 000 Israéliens résidant à l’étranger ne votent pas, conformément au code électoral israélien, excepté les diplomates.

« Proportionnelle intégrale » : Avec les Pays-Bas, Israël est la seule démocratie au monde à avoir adopté la proportionnelle intégrale. Concrètement, le nombre de strapontins à la Knesset attribué à chaque parti est strictement proportionnel au nombre de voix recueillies à l’issue du vote. Un mode de scrutin qui garantit une totale et parfaite représentativité, mais qui est aussi à l’origine de l’inflation du nombre des formations politiques tentées par l’aventure législative. L’année 2009 fut une année record avec 31 bulletins proposés aux électeurs israéliens.

 « Seuil d’éligibilité » : C’est la loi qui fixe le seuil d’éligibilité. En dessous de ce seuil minimal, les portes du parlement israélien resteront fermées aux formations. Fluctuant selon les années, ce seuil était fixé à 1% des suffrages exprimés en 1948, 1,5% en 1992 et 2% en 2006. Relevé en mars 2014 à 3,25% par le gouvernement Netanyahou, ce fameux seuil a poussé, pour la première fois depuis 1948, les partis arabes à s’unir sur une liste commune. Sur les 25 listes en compétition, les sondages prédisent uniquement une place à la Knesset pour 11 partis. Si la tendance à la hausse réduit les chances des petits partis, ces derniers continuent toutefois de séduire des milliers d’électeurs. Des voix inutiles puisque le scrutin ne comporte qu’un seul tour.

« Un scrutin plurinominal » : Les électeurs ne votent pas pour une personnalité mais pour un parti et plus précisément pour une liste. Les candidats élus sont donc pris dans chacune des listes dans leur ordre de classement. En fonction des intentions de votes prédites par les sondages, on peut donc estimer qui est à un poste éligible sur quelle liste.

« Le timing de l’après-vote » : Le président Reuven Rivlin a 7 jours pour désigner celui ou celle qui formera un gouvernement. Ce dernier aura 28 jours pour constituer sa coalition. Si ce temps imparti ne lui permet pas de former son gouvernement, le président pourra lui accorder une rallonge de quatorze jours. Si, au bout de ces 42 jours, le député désigné  n’a toujours pas réussi à constituer sa majorité pour gouverner, son mandat est confié à un autre candidat, pour 28 jours. Au terme de cette période, une majorité absolue de membres de la Knesset (61) peut alors s’adresser au président pour lui demander de confier cette mission à l’un des leurs.  Cet ultime prétendant n’aura que 14 jours pour réussir, là où ses deux prédécesseurs ont échoué. Un cas de figure qui n’est encore jamais arrivé depuis la création de l’Etat hébreu.

VGB

via http://www.israpresse.net

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s